top of page

Pourquoi dit-on que la Médecine Chinoise ne fonctionne pas ? ​

Dernière mise à jour : 3 nov. 2023



Nous avons appris à nous couper de nos émotions, de ne pas écouter l'enfant intérieur qui a encore envie de pleurer. « Soit plus fort, tu pleurniches encore, arrête de geindre ». Pour diverses raisons, nous faisons semblant. Semblant de ne pas être touché, de ne pas être furieux, de ne pas avoir vu qu'aujourd'hui, on a été la pire version de nous-même. Okay nous ne sommes pas parfait, et les injonctions de perfection c'est encore une forme de récupération marketing de notre échelle de performance au travail, on est bien d'accord. Mais savoir que notre attitude est impactante et peut être prise pour modèle, cela peut être intéressant de le savoir. Ou plutôt d'en être conscient. Sauf que pour ça, il faut avoir de l'énergie.

Le monde du travail use. Cela use de devoir toujours faire attention à comment on apparaît aux yeux de la hiérarchie, ce qu'on peut dire ou non à ses collègues, car on veut tous de l'Amour et, si possible, passer à l'échelon du dessus. Malheureusement, il semblerait que, plus on se cache bien et plus on peut grimper l'échelle sociale. Il faut croire que plus on est froid et insensible, plus on est considéré car bien sûr on peut compter sur lui, il "maîtrise ses émotions". L'entreprise nous pousse parfois à nier tellement fort nos émotions qu'on finit même à se les cacher à soi-même. Vivre dans le déni. Se lever à pas d'heure, travailler d'arrache pied, répondre aux mails à 23h00, se montrer volontaire pour prouver, manger sur le pouce, s'endormir avec les écrans, mettre quatre réveils le matin et recommencer. « Ca va t'es jeune, tu peux. » Bien sûr qu'on le peux quand on est jeune. Mais jeune ça s'arrête. Et parfois plus vite que pour d'autres. ​

La MTC a traversé les siècles depuis un temps où un tel niveau de stress n'était pas imaginable et où, bizarrement, le cancer n'existait pas non plus. Tout comme le burn out et l'obésité.

Bien sûr que cela prend du temps de faire des choix profonds, de se choisir, de choisir sa santé. Cela prend du temps de revenir dans les sensations de son corps et de les accepter sans les juger négativement. Cela prend du temps de constater l'impact d'une minuscule aiguille en métal. Et puis si ça marchait ça se saurait.

Info break scoop : Figurez-vous que ça se sait.

Venez essayer.


--

©Anabelle Fouache - Praticienne en Energétique Traditionnelle Chinoise

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le vent

Comments


bottom of page